( 31 mai, 2009 )

FIL A POINTS

En entrant dans le petit magasin d’Anne-Marie, le temps s’arrête. Toiles à broder, kits, boutons, galons fils, tous les éléments sont réunis pour faire rêver et exciter notre créativité qui sommeille en nous.

Le rayon librairie spécialisée nous offre un grand choix et il estimpossible de quitter les lieux sans un petit sac sous le bras…

L’accueil et les compétances d’Anne-Marie  y sont pour beaucoup dans ce havre de plaisir.

Fil à Points

19, rue de la République

89100 SENS

( 31 mai, 2009 )

Origines de la Broderie Hardanger

La broderie Hardanger ( prononcer hardangeur ) trouve sonorigine dans la broderie ajourée, technique apparue en Perse vers le VIIe siècle.

 

Elle se répand en Europe par les villes portuaires. A Venise, les grandes dames de la noblesse étendent sa renommée sous le nom de  » ruticella  » ( petit filet ) en confectionnant des broderies religieuses.

 

Dès l’an 1300, le rayonnement des cités marchandes comme Venise fera découvrir cette technique jusqu’en Europe du Nord.

 

Ainsi au XIIe, un commerce intense s’instaure entre Venise et la Norvège et qui durera jusqu’au XVIe.

La broderie ajourée italienne, basée sur des motifs géométriques, séduit les norvégiens et particulièrement les paysannes de la région Hardanger qui se l’approprient en la transformant partiellement. C’est sans doute tout naturellement que cette broderie fut baptisée Broderie Hardanger.

C’est une broderie rurale. La broderie traditionnelle est réalisée sur toile de lin blanche avec du fil blanc uniquement.

Dans cette région, lors de la fête nationale, tous les costumes folkloriques sont brodés en Hardanger; le tour des manches et les chemises des hommes, celles des femmes ainsi que les tabliers qu’elles portent sur leurs jupes longues. De plus en plus populaire, elle ornera les nappes, draps, oreillers, rideaux,  mouchoirs…..on ne rouve pas en Norvège de broderie Hardanger de couleur.

Rappelons que c’est une broderie essentiellement géométrique; ces figures sont formées de barrettes de 5 points, brodés sur 4 fils de tissu et qui s’appelle passé plat, ce qui est le point de départ de toute la broderie Hardanger. Ainsi, des blocs de passé plat seront formés. Ensuite, les motifs se dessineront différemment selon la façon d’ajourer et de rebroder les espaces ajourés.

 

( 31 mai, 2009 )

YVELINE PONS

Yveline est passionnée par le travail manuel et lors d’un stage de cartonnage, c’est le coup de foudre.

Quelques stages pour les bases mais beaucoup de travail  personnel pour le perfectionnement. Yveline a aussi effectué des stages d’encadrement à Paris.

Elle transmet son savoir depuis une quinzaine d’années à la MJC d’Auxerre et nous initie ponctuellement au cartonnage pour mettre certains de nos ouvrages en valeur.

( 31 mai, 2009 )

Le Lin d’ACB

 

 Le Lin d’ACB

ACB, Annie-Claude Bouquet, tout le monde connaît…..ou plutôt tout notre petit monde. Passionnée de lin et de couture, ACB est productrice de lin dans le pays de Cau.

Une visite s’impose sur ses terres, à la Ferme du Val, à Biville la Baignarde. Un rêve!

Accueil chaleureux dans sa boutique, à la ferme, où nos yeux ne savent plus où se poser tellement le choix et les coloris de linsont nombreux, variés et enchanteurs. Rideaux sur mesure, nappage, dentelle, linge de maison, tout y est. E, cerise dur le gâteau, vous trouverez toujours le galon, le bouton ou autre accessoire qui terminera votre ouvrage et le mettra en valeur.

Il est là, à la Ferme du Val, le royaume d’ACB.

( 31 mai, 2009 )

Véronique Maillard

Véronique Maillard n’est pas une inconnue auprès des crucifilistes.

 

Brodeuse passionnée, chineuse, collectionneuse de mercerie, c’est lors d’une de ses innombrables ballades sur les brocantes et vide-greniers qu’elle est tombée devant un petit album de grilles de point de croix. Depuis, les livres de broderies des XIX et XX siècles ( Sajou, Rouyer, Alexandre…..) n’ont plus de secret pour elle. Pour que nous puissions composer, rêver, broder, Véronique a fait des sélections avec attention et soin dans  » Sajou, passion des alphabets anciens « ,  » Rouyer ses plus beaux motifs « ,  » les belles lettres d’Alexandre « , etc…….

 

Ma petite mercerie, un petit bijou où Véronique a reproduit, avec talent, les techniques et les matières d’aujourd’hui, certains objets anciens tels les pique-aiguilles, commode à rubans etc…..

 

Que dire aussi de son dernier livre  » Broderies et dentelles sur carton perforé « : une merveille! Ce livre est né suite à une découverte d’un album Sajou n°150 représentant des motifs de papier découpé. Dans ce livre, la technique mêle découpage, broderie et cartonnage pour concevoir des objets très différents les uns des autres.

 

La broderie au point de croix fait partie de notre patrimoine culturel et c’est pourquoi Véronique souhaite partager et perpétuer sa passion avec nous.

( 31 mai, 2009 )

LE POINT DE CROIX

Qui eut l’idée le premier de croiser 2 fils puis d’aligner toutes ces petites croix pour former un dessin?

 

Les fragments les plus anciens datent de 850 après JC et viennent d’Asie Centrale mais c’est au Moyen Âge que commence la véritable histoire du point de croix.

 

Il est prouvé qu’entre le Xème et le XIIIème, les châtelaines, dans leurs attentes interminables, copiaient au point de croix les motifs des tapis que leurs croisés de maris ramenaient d’Orient. Les broderies étaient des bordures ornementales, naturellement géométriques, des ourlets et des manches de vêtements masculins et féminins….. Mais ce mythe simplificateur semble un peutrop court. En effet, les échanges commerciaux avec l’Orient et la Chine, via la Route de la soie sont bien antérieurs puisqu’ils sont attestés dès le IIème siècle avant notre ère. Et l’or, la soie, les tapis parvenaient depuis longtemps déjà jusqu’en Occident.

 

D’autre part, le point de croix traditionnel, c’est à dire parfaitement maîtrisé par des siècles de pratique, on en trouve partout,non seulement en Europe, en Palestine, en Afghanistan, mais aussi en Afrique du Nord, chez les Coptes ( chrétiens d’Égypte ), en Inde et même en Chine, ( chez les Miao, vous connaisse? ) et à des époques reculées.

En conclusion, compte tenu de son extension géographique et de son ancienneté, il semble difficile de donner une date de naissance, même approximative, au point de croix.

L’expension du Pt de Croix en Europe

La Renaissance

 

Se caractérise, entre autre, par les grandes découvertes: l’imprimerie, le nouveau monde, par l’accroissement des échanges et des communications…..

 

Notre Pt de croix, lui aussi, se répand dans toute l’Europe et devient une des bases de l’éducation féminine, favorisé par l’Église, grande consommatrice de broderies pour ses ornements liturgiques et sacerdotaux.

Les jeunes filles s’exercent: grecques, fleurs, symboles religieux et héraldiques s’accumulent sur des morceaux de tissu, c’est ainsi que naît le sampler ou marquoir. Ces marquoirs restant dans le patrimoine familial finissent par former, au fil des générations de véritables encyclopédies.

On brode sur du lin avec des fils de soie, de laine, c’est un peu désordre car les motifs sont disposés au hasard, et ce n’est que peu à peu que les samplers s’ordonnent et acquièrent cet aspect de  tableau qu’ils auront plus tard.

Avec l’imprimerie, on peut copier

Vers 1500, commencent à circuler les premiers schémas imprimés qui viennent d’Allemagne et d’Italie; en France, en 1586 est publié  » la clef des champs « , ensemble de schémas contenant des motifs de fleurs et d’animaux stylisés.

Découverte de l’Amérique

A partir du XVIIe, nous parviennent du nouveau monde des colorants naturels, économiques et faciles à utiliser, qui permettent de teindre les fils en rouge. C’est une révolution car la couleur pourpre, découverte avant notre ère par les Phéniciens à  partir du murex ( coquillage méditerranéen ) était extrêmement onéreuse, donc réservée aux grands de ce monde.Et bien dès lors tout le monde peut faire comme les grands et utiliser le rouge: toutes les broderies au point de croix deviennent rouge sur fond blanc. Autre révolution: les femmes commencent à écrire et s’exercent sur leur marquoir en créant jusqu’à 6 alphabets différents. Autour de lettres, de fleurs, desymboles sacrés joliment agencés, le marquoir commence à prendre une forme de tableau.

Au XVIIIe, les dessins s’affinent et se compliquent; ils sont moins stylisés, plus réalistes, les premiers paysages apparaissent.

Les temps modernes

L’industrialisation, la Presse

XIXe, le point de croix est une passion féminine encouragée par l’école, c’est le passe-temps le plus prisé des dames de tout âge et de toute condition.

L’industrie produit les canevas Pénélope, qui, avec leur trame particulière, incitent à broder aussi à petit et de point.

1886: Thérèse de Dillmon, aristocrate viennoise, membre de l’Académie de la Broderie de l’Impératrice Marie-Thérèse, fondatrice d’une école de broderie avec atelier et publications, s’associe à Jean Dollfus, grand industriel  dud textile, dont la maison DMC perdure usqu’à nos jours. Traduite en 17 langue, l’encyclopédie deThérèse se vend à 2 millions d’exemplaires. Mais la fin su siècle voit la fin du pt dfe croix. Il disparaît au profit de points plus libres qui permettent de copier les volutes et fioritures de motifs Liberty, de plus, c’est la broderie blanche qui est à la mode et qui supplante tout.

XXe, l’ère du féminisme les femmes s’engagent dans les luttes du siècle pour l’égalité avec les hommes, les  » travaux de dames  » sont marginalisés, voire moqués.

Cest seulement à partir des années 80 que le pt de croix fait un retour en force, plusieurs facteurs peuvent expliquert ce revirement: plus de temps pour les loisirs, nostalgie de temps passé, industrie des loisirs créatifs, féminisme plus tempéré.

XXIe, clubs et expositions surgissent un peu partout en Europe: c’est un véritable coup de foudre…… et nous n’en sommes qu’au début.

 

 

( 30 mai, 2009 )

Histoire du Patchwork

Le Patchwork remonte à la nuit des Temps………

 

Il est écrit dans la bible que le manteau de Joseph est cousu de pièces aux couleurs diverses….

 

On retrouve les origines du Patch en Asie  et  Extrême Orient où le quilt était utilisé. Une tradition qui remonte à des milliers d’années et qui a vu le jour en Égypte en 3400 avant JC. Au moyen-Âge, les croisés découvrirent le patch en Asie Mineure et l’introduisirent en Europe. ( ils décorèrent chabraques et carapaçons de motifs appliqués )

En littérature, dans un poème du XIIIème  » La Lei del desire « , il est question d’une couverture matelassée, confectionnée de pièces de soie, reproduisanr un damier.

Arlequin, aussi, portait un habit fait de losanges assemblés.

Le plus ancien quilt a été retrouvé en Sicile et date du 14ème; il est exposé en Angleterre.

Le Patchwork est une technique qui consiste à assembler 2 couches de tissu avec un molleton chaud entre les deux tissus.

La technique Amish vient des anabaptistes aux États-Uni, partis d’Europe pour l’Amérique.

La grande époque du patch couvre les années 1771/1870. Pendant ce siècle, des dessus de lits ou des courte-pointes ont été ornés de motifs géométriques ou naïfs.

Le public français n’a découvert le patchwork traditionnel qu’en 1972 lors d’une exposition au Misée des Arts décoratifs à Paris.

Aujourd’hui, des milliers de femmes, et même d’hommes, à travers le monde se passionnent pour cette technique et cet art.

Le patch est une tradition universelle, même si les techniques, les motifs et les couleurs varient selon les pays, les continents. Jadis, les femmes récupéraient les parties non usées d’un vêtement, d’un drap…..pour confectionner une pièce de leur trousseau ( couvertures, nappes, jupons etc ), les étoffes étant rares et chères. Elles redonnaient ainsi une nouvelle vie à chaque bout de tissu en créant des motifs de plus en plus élaborés et recherchés, variant les couleurs, les valeurs et les textures. Cela permit de concilier confort, économie et esthétique. Elles firent du neuf avec du vieux…..il y a de cela bien longtemps!

Les artistes, désormais, s’intéressent au jeu ds perspectives, des couleurs , des formes dans des directions inspirées de la peinture contemporaine.

 

 

 

 

 

 

( 1 mai, 2009 )

Aux fils du Tholon

|